Kebab bombe bébé

Les Belges sont mieux que nous. Pour des tas de raisons pour surtout parce qu’en matière d’alimentation, ils ont compris que le végétarisme n’avait rien à voir avec la vie saine. Honnête combat que le leur dans la quête d’une bouffe végé encore plus sale que celle à base de cadavres. Ainsi, à Dour, j’ai fait connaissance avec cette cyclopéenne abomination : le kebab végé. Soyons franc, celui du catering ressemblait à de la colle à bois râpée et macérée dans de l’huile de vidange au cumin, mais celle des stands “fajitas géantes” (qui n’étaient pas du tout géantes, cessez de mentir aux festivaliers saouls putain) étaient plutôt addictives, notamment du fait de sa sauce à l’ail. Qui était juste une mayo de cantine mélangée à de l’ail déshydraté je pense mais bon, sache qu’ici plus ailleurs la survie est un un combat, à base de coups bas, d’esquives, et de putain de gras à l’ail.

Pour entretenir quelque affection pour la personne et le combat picaresque de Benoît Hamon, j’ai tout de même était âprement choqué de son si populaire soutien à la filière du kebab. Ma gueule, t’es en train de damer une bestiole dont tu ne connais même pas le nom (volaille c’pas un animal t’sais) tuée sans avoir jamais vu le soleil, conservée dans un sac poubelle à l’arrière d’un camion, vendue par un humain probablement asservi par un proprio véreux qui blanchit ce-faisant quelques affaires immobilières crasseuses. Ah bah elle a le cul propre ma gauche.

Reprendre le kebab aux esclavagistes et la malbouffe aux assassins ; mon odyssée.

J’ai réfléchi à la saveur tombée du ciel pendant ces jours étranges de Dour. Et la vérité c’est que ces kebabs ont été pensés par des cons. Ça daube la mauvaise prot’ de soja ce bordel, alors que c’est avec du seitan qu’il faut le faire. C’est moins cher, plus proche niveau texture, et son architecture spongieuse avale plus de gras pour le gerber dans tes artères.

Va laver ton slip et dire pardon aux filles Lorenzo, c’est moins l’empereur du sale à partir de ci-present.

Ce que je fis, c’est d’abord du seitan, avec ma recette normale. Pour rappel :

Tu mélanges donc d’un côté :

  • 150g de gluten de blé
  • 2 cuillères à soupe de levure de bière
  • 1 cuillère à café de paprika
  • 1 cuillère à café de piment de Cayenne

(Tu peux rajouter les épices sèches que tu veux en fait. Il faut juste garder à l’esprit que la fantaisie se fera forcément dans les matières sèches, si tu modifies les proportions dans les liquides, ça peut devenir la merde)

Et de l’autre

  • 1 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 2 cuillères à soupe de sauce soja (de préférence tamari)
  • 3 cuillères à soupe de lait végétal (je mets du lait d’amande parce que je trouve que le lait de soja ça pue et c’est pas bon, mais tu fais comme tu veux, hein.)
  • 180 ml de flotte

Puis tu mélanges et tu touilles à pleine main jusqu’à obtenir le blob homogène et spongieux. Tu l’enroules sans le serrer dans un chiffon (PROPRE) histoire de le débarrasser de sa transpiration.

Je ne sais pas si vous avez déjà essayé de faire un bouillon avec des légumes d’été, mais ça revient à parler de poésie avec un député LREM. Alors une fois n’est pas coutume, j’ai fait usage de cubes de légumes bio mes couilles. Ça m’a fait gagner une heure. Après, comme d’hab : tu détailles ton blob en sorte de cubes de 3cm de coté. Tu les jettes 20 min sans l’eau frémissante. Si jamais ça bout ça devient du caoutchouc. Puis tu égouttes.

Une fois les bouts de Seitan refroidis, moi je les ai foutu au mixeur avec ce que j’avais sous la main : une poignée d’épinards, 2 gousses d’ail, 1 échalote, du paprika, BEAUCOUP DE CUMIN, de la coriandre fraîche, de la coriandre en poudre, du curcuma, de l’huile d’olive, du vinaigre de cidre, le petit livre rouge de Mao, nos illusions, l’espoir d’un avenir meilleur. Cet enfant que je ne suis plus.

J’ai laissé mariner une nuit. Puis je l’ai poêlé feu genre moyen dans de la graisse d’olives vierge comme une déclaration fiscale de Thomas Thévenoud.

Pour le pain, j’ai merdé. Chais pas, j’ai pas assez Julie pétri et contrairement à Eve ça a pas vraiment levé. J’ai cuit 2 minutes de trop, laissé au chaud trop longtemps à découvert. C’était pas dégueu mais un peu crunch, difficile à ouvrir, pénible à remplir. Je te mets la recette et si tu fais mieux bah je t’emmerde, même le Soleil parfois subit des éclipses.

Tu fais monter 2 sachets de levure boulangère dans 125 cl de flotte tiède pendant 10 Minutes. Tu touilles 250g de farine avec du sel et du sucre. Tu fais un puit, tu verses le levain dans le trou tu malaxes, malaxes, le coeur de l’automate et une fois que ça fait une boule tu laisses reposer 1h30 dans un endroit chaud et à l’abri de la lumière genre dans ton cul. Tu détailles ensuite la boule en 6 parts que tu aplatis, genre plat plat. Tu fous à 240 degrés (et ouais tant que ça) genre 4 minutes. J’avais mis 6 mais c’était trop.

Voici la sauce blanche, pour ma jolie maman. J’ai opté pour une sauce tarator. M’inspirant de la simplissime et efficace recette du magazine du monde d’il y a quelques temps, je ne perdais pas de vue pour autant mon objectif : manger de l’ail. Or il n’y en avait pas dans la recette alors haha j’en ai ajouté une gousse. On est comme ça, nous autre, les créatifs. Donc j’ai mis dans le robot après tout : 2 yaourts de brebis, du vinaigre de cidre, du citron, du sel du cumin et de la putain de gousse d’ail.

Sur la table j’avais mis de la salade, des tomates, la sauce fraîche, le seitan chaud et le pain trop dur. Tout le monde a trouvé ça bon mais d’un autre côté tout le monde était bourré. Puis j’avais confisqué les passeports et menacé de mettre un disque d’AmenRa, ce qui est un peu ma version de la ruse de Tintin quand il fait croire qu’il a un pistolet alors que c’est son doigt. Va quand même pas t’imaginer que j’ai chez moi un disque de ce groupe de débiles.

J’ai pas pris en photo à la fin parce que c’était moche.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s